\n"); echo("\n"); ?>

Dhalgren Gallery

Thu, 21 Nov 2019 09:44:23

Jacoba Ignacio : Carrés d'Être

Azulejos ? Point d'interrogation ou point sur les i de l'infini ? Questionnement et affirmation se côtoient, s'intercalent entre carreaux de papier et bandes de scotch. Dissemblance, différence et pourtant harmonie dans un équilibre de tons et de lumières, de lignes plutôt sages et de points impertinents. Textures râpeuses ou duveteuses, lisses ou accidentées, l'écriture peut se lire au toucher. De chaque carré de dimension identique s'échappe une résonance différente, une vibration distincte. Autres lieux, autres temps, comme autant de vies entrevues dans leur intimité, puis réunies pour une même musique. Relief du mur de la chambre à coucher ou papier peint à fleur du salon. Souvenirs qui s'entrecroisent avec la mémoire des murs de notre enfance, ou paysages urbains où parfois d'un immeuble subsistent quelques carrés de papier peint accrochés aux murs, lambeaux du quotidien. Mais Jacoba Ignacio sait donner une autre vie aux souvenirs, les rassembler, les faire tourner, jaillir en une peinture traversée de lumière aux airs d'azulejos, ces faïences arabes que l'on retrouve dans les mosquées d'Andalousie, mais aussi dans ses patios où l'intérieur et l'extérieur se confondent dans un carré. Chaque "carré d'être" a son existence propre, son histoire, sa temporalité. Associés les uns aux autres, ils forment une mosaïque, une trame presque rigide, qui nous laisse entrevoir un monde plus cartésien, soumis à des lois aux structures pré-établies. Les lignes, les points et les à-plats vont alors intervenir comme autant de passages, préfigurant une autre réalité et ces trois niveaux vont nous transmettre des vibrations aux sources fondamentalement différentes. Des plages de couleur terre aux bleus célestes, nous suivons le fil de ces lignes noires ou blanches, choix déterminant de l'existence qui parfois s'interrompt, par un point noir ou rouge comme autant de repères mystérieux, étoile du berger ou cailloux du Petit Poucet ? Nous nous laissons porter, voyage temporel au croisement des jours et des nuits, cartographie du temps, géographie intime, mémoire résonnante plongée dans l'instant présent, une ligne rouge nous entoure pour nous faire rejoindre la réalité, mais quelle réalité ? G. Blird - Février 97
by Jacoba Ignacio

Carré d'Être #1
1997
Papiers Peintes repeints et marounflés
Papiers Peintes repeints et marounflés

Carré d'Être #2
1997
Papiers Peintes repeints et marounflés
Papiers Peintes repeints et marounflés

Carré d'Être #3
1997
Papiers Peintes repeints et marounflés
Papiers Peintes repeints et marounflés

Carré d'Être #4
1997
Papiers Peintes repeints et marounflés
Papiers Peintes repeints et marounflés

Carré d'Être #5
1997
Papiers Peintes repeints et marounflés
Papiers Peintes repeints et marounflés

Carré d'Être #6
1997
Papiers Peintes repeints et marounflés
Papiers Peintes repeints et marounflés

Carré d'Être #7
1997
Papiers Peintes repeints et marounflés
Papiers Peintes repeints et marounflés

Carré d'Être #8
1997
Papiers Peintes repeints et marounflés
Papiers Peintes repeints et marounflés

Carré d'Être #9
1997
Papiers Peintes repeints et marounflés
Papiers Peintes repeints et marounflés

Carré d'Être #10
1997
Papiers Peintes repeints et marounflés
Papiers Peintes repeints et marounflés

Carré d'Être #11
1997
Papiers Peintes repeints et marounflés
Papiers Peintes repeints et marounflés

Carré d'Être #12
1997
Papiers Peintes repeints et marounflés
Papiers Peintes repeints et marounflés


Toutes

Copyright 2010 - Galerie Dhalgren