\n"); echo("\n"); ?>

Dhalgren Gallery

Thu, 12 Dec 2019 01:55:21

Mirna Kresic : Lieux de Peinture

Mirna Kresic donne à voir des lieux de peinture. Formes et matières y sont prises dans l'enveloppe d'un lieu propre où la loi ne serait pas la stabilité de l'objet mais, précisément, son devenir. C'est une peinture qui se joue de ce problème essentiel de la représentation, à savoir que le monde, certes, nous est ouvert, mais qu'il ne l'est ni totalement ni même directement. La peinture est cette médiation de la saisie.  Dans les tableaux de Mirna Kresic il est peint la fugacité de formes réduites à la pauvreté essentielle de leurs lignes directrices mais aussi l'ossature des choses qui viennent celer la lumière ou, au contraire, s'en nourrir en l'absorbant pour devenir espace, mouvement ou trace. Il y a une instabilité de la structure representée que n'appaise pas l'inscription dans ce lieu particulier qu'est la toile. Ce qui donne ainsi à voir l'emprise --·ou peut-être la déprise·-- de la matière par la forme, le travail par le devenir de l'apparente stabilité des choses comme un reliquat d'impressions visuelles, peut-être combinées.  On s'efforcerait en vain, de leur assigner un référent objectif. Car ces strutures, floues, parce qu'elles ne se réduisent pas à figurer un ordre strict ou une austère loi de transformation, sont une métaphore visuelle, un rythme suggéré. Mais il s'agit d'un ordre inhérent, une pulsation qui anime de l'intérieur les couches superposées dont le regard perd l'étagement initial. Leur sédimentation n'est donc pas immédiatement lisible, ni n'est voulue comme telle. Cette peinture défie ainsi une approche qui voudrait en saisir la genèse ou l'archéologie par les traces visibles subsistant de la superposition des plans. Le faux-fuyant de la structure par couches successives entretient donc, par cet artifice, la désillusion du regard qui s'accroche aux traces en aplat venant fragmenter la surface peinte.  Le prétexte d'une telle peinture, semble-t-il, est la prise de conscience d'une béance qui serait comme l'aporie d'une relation objective et univoque au monde perçu. S'il est vrai qu'a défaut de mesure, le trop plein de sens s'épuise en relatif·; le regard, ici, faute de parvenir à recréer la séquence ordonnée des strates, renonce à la narration. Le rythme, suggéré par les aplats en contre point et les transparences, est là pour jalonner d'autant de repères un lieu problématique.    - L. Ferrier
by Mirna Kresic

No Title #1
1997
huile sur toile 162x195 cm.
huile sur toile 162x195 cm.

No Title #2
1997
huile sur toile 195x195 cm.
huile sur toile 195x195 cm.

No Title #3
1997
huile sur toile 145x195 cm.
huile sur toile 145x195 cm.

No Title #4
1997
huile sur toile 130x162 cm.
huile sur toile 130x162 cm.

No Title #5
1997
huile sur toile 195x162 cm.
huile sur toile 195x162 cm.

No Title #6
1997
huile sur toile 195x162 cm.
huile sur toile 195x162 cm.

No Title #7
1997
huile sur toile 195x162 cm.
huile sur toile 195x162 cm.

No Title #8
1997
huile sur toile 195x195 cm.
huile sur toile 195x195 cm.

No Title #9
1997
huile sur toile 162x195 cm.
huile sur toile 162x195 cm.

No Title #10
1997
huile sur toile 162x130 cm.
huile sur toile 162x130 cm.


Toutes

Copyright 2010 - Galerie Dhalgren